Sélectionner une page

colocation

La location d’appartement et la colocation restent de meilleures actions à mener pour se trouver une habitation où vivre confortablement quand on ne dispose pas de la propriété d’une maison. Dans chaque pays et ville du monde, louer un appartement doit se faire en considérant certains aspects.

Désirez-vous effectuer une location d’appartement ou une colocation à Montpellier ? Si votre réponse à cette interrogation est à l’affirmative, alors continuez à lire cet article. Vous y découvrirez tout ce que l’on doit savoir avant de s’engager dans une quelconque location d’espace habitable à Montpellier.

Quelle différence entre location et colocation ?

La location d’appartement est l’action d’obtenir de quelqu’un les droits d’utilisation d’un appartement lui appartenant pour une période donnée, et ce, en contrepartie d’un versement.

La colocation, quant à elle, est le fait de louer un logement ou un appartement en commun. De manière plus précise, c’est le fait d’habiter en commun dans un logement. Dans le cas de la colocation, après signature de leur bail avec le propriétaire, tous les colocataires disposent des mêmes droits et devoirs dans l’appartement loué.

Comment trouver une colocation à Montpellier ?

À Montpellier, le marché de l’immobilier a connu un grand changement, et la colocation est actuellement le type d’hébergement le plus courant. De ce fait, il est de plus en plus difficile de trouver une colocation non prise. Mais, les plus futés exploitent certaines méthodes pour y parvenir.

La façon la plus populaire de vite trouver une colocation à Montpellier est de procéder par une recherche en ligne. En effet, internet regorge de milliers d’annonces sur la « colocation Montpellier ». Vous pourrez ainsi facilement trouver et accéder à des sites vitrine des meilleures agences immobilières de la ville de Montpellier, et ce, en restant dans le confort de votre maison.

L’avantage que vous allez tirer de ce genre de recherche est qu’en un laps de temps, vous allez pouvoir trouver plus d’entreprises de « location appartement à montpellier » que vous pourriez l’imaginer.

Comment bien choisir sa colocation à Montpellier ?

Même s’il est facile de trouver des colocations disponibles, il n’est souvent pas aisé d’en effectuer un choix convenable. Afin de trouver la colocation parfaite, commencez par prendre en compte les éléments suivants.

L’emplacement de la colocation : la raison pour laquelle vous êtes à la recherche d’une colocation à Montpellier peut être pour le travail ou les études. Pour cela, il est bien judicieux de vous assurer que l’emplacement de votre nouvelle maison n’est pas trop éloigné de votre travail ou votre université. Le contraire pourrait vous entraîner dans de longs trajets à effectuer de façon journalière, sans compter les dépenses que cela engendrerait.

Votre budget : Vous avez certainement prévu un budget pour votre nouvelle colocation. Si cela est vrai, c’est une mesure intelligente à prendre. Néanmoins, vous devez veiller à ce que ce budget soit réaliste et gérable. Il ne sert à rien de choisir une chambre dont le loyer est si élevé qu’il ne vous reste plus grand-chose pour vivre une fois le loyer payé.

Le décryptage de chaque annonce : Cela ne fait aucun doute que vous avez déjà étudié un certain nombre d’annonces dans votre recherche de colocation à Montpellier. Néanmoins, à travers ces analyses, il est primordial de vous arrêter sur quelques éléments essentiels pour choisir la colocation qui vous correspond vraiment. Il convient donc de vous demander si la colocation que vous vous apprêtez à prendre est constituée d’espaces fumeurs ou de non-fumeurs, si un ou plusieurs animaux y habitent.

L’aménagement du logement : Même si vous habitez dans une colocation, vous disposez du droit de vivre de manière correcte ainsi que du droit de bénéficier du confort nécessaire. Alors, vérifiez si de nombreuses pièces sont communes au sein de votre future colocation et si elle dispose d’assez de salles de bains pour servir chaque colocataire.

La rencontre des potentiels colocataires : Vos futurs colocataires et vous habiterez dans une même pièce, et ils feront partie de votre intimité, d’une certaine façon. Vous devez donc avoir une idée de la personnalité de chacun d’eux afin de savoir si vous pouvez vous entendre. Pour cela, songez à prendre rendez-vous avec vos futurs colocataires et essayez de discuter avec eux.

La compatibilité des emplois du temps : Il s’agit ici d’un point particulièrement essentiel qu’il convient de vérifier avant de s’engager dans une colocation. En effet, au sein d’une colocation, même s’il arrivait que les tempéraments soient compatibles, les emplois du temps pourraient l’être beaucoup moins. Il est donc important de s’assurer que l’emploi du temps de chaque colocataire de la maison sera respecté.

Comment bien vivre en colocation ?

Il est clair qu’il n’est pas donné d’habiter dans une colocation avec des personnes que l’on ne connaissait pas. Néanmoins, une nouvelle habitation en colocation peut s’avérer être une source d’enthousiasme. Tout ce qu’il convient de faire pour que cela arrive est de suivre les conseils ci-après.

bien vivre en colocation

Soyez poli et respectez la vie privée : comme dans toute situation, la politesse et le respect de la vie privée sont essentiels quand on vit en colocation. Pour cette raison, veillez à être courtois, à observer les bonnes manières et à respecter l’espace de vos colocataires.

Communiquez souvent : il est évident qu’il puisse arriver des situations d’incompréhension entre colocataires. Alors pour bien vivre en colocation, il convient de communiquer clairement avant qu’une situation d’incompréhension devienne incontrôlable et que les frustrations et les émotions s’accumulent.

Gardez les choses propres : une autre chose importante à faire pour bien vivre en colocation est de mettre l’hygiène au premier plan dans votre esprit. Pour y parvenir, veillez à toujours laisser la cuisine et les espaces communs dans l’état où vous les avez trouvés. Si vous avez eu des visiteurs, nettoyez et désinfectez toutes les surfaces qu’ils ont utilisées.

Acceptez les différences : dans la plupart des cas, les colocataires avec qui l’on vit ont des caractères différents de ceux que l’on a. Ainsi, dans votre colocation, il peut y avoir des personnes ayant des idéologies différentes des vôtres, des traditions différentes ou appartenant à des religions différentes de la vôtre. Néanmoins, il convient de :

  • Prendre du recul ;
  • Reconnaître que vous n’êtes pas seul dans votre logement ;
  • Reconnaître que vous êtes tous propriétaires.

Socialisez avec vos colocataires : il est vrai que les meilleures occasions de socialisation que sont les soirées tardives et les grands rassemblements de groupe ne sont souvent pas acceptés à l’unanimité dans une colocation. Néanmoins, il est possible de vite socialiser avec ses colocataires en appliquant d’autres méthodes simples et moins dérangeantes. À titre illustratif, vous pouvez opter pour des activités d’intérieur, comme :

  • Faire des gâteaux ;
  • Regarder des films ;
  • Jouer à des jeux de société ensemble.

Vous pouvez également organiser des sorties, faire des promenades, explorer votre nouvelle ville et déguster des plats ou des boissons de la ville.

Soyez prévenant avec les visiteurs : quand vous allez recevoir des visiteurs, avertissez vos colocataires, car ces derniers peuvent ne pas être à l’aise avec des invités inattendus. Cela s’avère particulièrement important si vous comptez recevoir beaucoup de monde ou si vous avez quelqu’un qui reste avec vous pour quelques jours.

Comment résilier un bail de colocation à Montpellier ?

Diverses raisons peuvent motiver quelqu’un à vouloir résilier un contrat de colocation. Les raisons les plus fréquentes de cette décision sont entre autres la mésentente et la découverte d’une autre colocation plus intéressante. Néanmoins, quelle qu’en soit la raison de la résiliation du bail, la sortie d’une colocation ne s’improvise pas. C’est un acte qui doit être accompli en suivant une certaine procédure variant selon le type de contrat de colocation.

Première étape : le respect du délai de préavis imposé pour résilier un bail en colocation

Le délai de préavis qui sera appliqué varie selon le type d’habitation loué. Alors, si vous êtes colocataire et que vous souhaitez résilier un bail en colocation, vous devez vous référer à votre contrat de location pour détecter la nature de votre logement (logement meublé ou logement vide).

Dans le cas d’un logement meublé (habitation contenant assez d’équipements et de meubles pour favoriser une vie décente au locataire), le préavis pour résilier un bail en colocation est d’un délai d’un mois.

Par contre, le préavis se trouve étendu à 3 mois au cas où il s’agirait d’un logement non meublé, sauf dans quelques cas exceptionnels.

Deuxième étape : le paiement des charges locatives

Vous n’êtes pas sans savoir que les charges locatives sont généralement réparties en colocation. Il convient donc de faire les comptes avec vos colocataires avant de quitter le logement et de résilier votre contrat de colocation. Pour payer ces charges, il convient de connaître les composants de votre bail pour savoir s’il comporte une clause de solidarité ou non.

Vous vous demanderez sans doute à savoir ce qu’est une clause de solidarité. C’est une clause par laquelle tous les colocataires d’un logement se mettent d’accord pour payer les charges locatives d’un colocataire quand ce dernier se trouvera dans l’incapacité de le faire.

Dans le cas d’une colocation avec clause de solidarité, le colocataire sortant doit convenir et signer un avenant au bail avec le propriétaire, ainsi que les autres locataires.

Si le bail ne comporte pas une clause de solidarité, un colocataire peut quitter le bail, moyennant un préavis, sans être solidaire des loyers et des charges.

Dans le cas d’un bail individuel, vous n’êtes obligé de payer le loyer ainsi que les charges que jusqu’à la fin du délai de préavis.

Troisième étape : la fixation de la date d’état des lieux de sortie

L’état des lieux de sortie est une sorte d’inventaire portant sur les dégradations éventuelles du local d’habitation ainsi que sur les réfections locatives qui seront imputées sur le dépôt de garantie.

Il est fortement conseillé aux locataires de l’établir dès qu’ils quittent un logement. Cela est important d’autant plus qu’en son absence, l’on pourrait considérer que le colocataire a rendu le logement dans le même état qu’il était au début de son contrat de bail, à moins qu’il dispose d’une preuve contraire.

Quatrième étape : l’obtention de la restitution du dépôt de garantie

En général, l’obtention de la restitution du dépôt de garantie est la dernière étape à franchir pour achever la résiliation d’un bail de colocation.

Si vous avez signé un bail individuel, votre bailleur doit vous rendre votre dépôt de garantie lorsque l’état des lieux d’entrée correspond à l’état des lieux de sortie.

Par contre, dans le cas d’un bail collectif, vous ne pourrez normalement obtenir la restitution de votre dépôt de garantie qu’au départ de tous vos colocataires.